Arts en Scène - Formations et Partages Artistiques à Lyon depuis 2000
loge de théâtre

LETTRE D'INFORMATIONS

(?)

 

L'équipe d'Arts en Scène

 

L'équipe est composée d'une trentaine d'artistes investis dans les différentes activités d'Arts en Scène : théâtre, danse, mime, clown...

 

Équipe

 

Julia Zumstein, Administration assistée de

Clémence Mathieu

Emmanuel Courtieu, Président

Eric Zobel, Directeur artistique

 

 

Alix Arbet

 

 

Alix Arbet comédienne

 

Formée en 2008 à l’école Arts en Scène dirigée par Eric Zobel, Alix intègre en 2009 l’école Premier Acte, en classe d’apprenti comédien dirigée par Sarkis Tcheumlekdjian. Durant ces 2 années de formation, elle a l’occasion de travailler avec Heinzy Lorenzen en masque neutre, Jean-Marc Avocat pour le théâtre classique et Cyril Cotinaut pour le théâtre contemporain. Elle assiste aussi à des Master Class dirigées par Alexandre Del Perugia, Thomas Leabhart ou encore Yoshi Oida. 

En 2010, elle intègre la troupe professionnelle La troupe du Levant dirigée par le jeune metteur en scène Benjamin Forel. Pendant trois années, elle aborde aussi bien le répertoire classique avec les Sonnets de Shakespeare, que contemporain avec La fille du général, adaptation d’Hedda Gabler d’Ibsen et une création collective, Allons Z’Enfants, qui se penche sur l’année 1936 et le Front populaire.

En 2013, elle joue au théâtre de l’Élysée à Lyon dans le spectacle Et ils vécurent heureux, création contemporaine mise en scène par Michaël Comte du Collectif Bis. De plus, elle intégre la compagnie jeune public Ardémuse et participe à la création d'Histoire(s) de théâtre, pièce sur l'histoire du théâtre mise en scène par Eric Zobel de la Compagnie Noir Clair.

Cette année, elle a rejoint la Compagnie La Ruche pour reprendre le poème du petit Poucet, spectacle déambulatoire guidé par un choeur de 4 comédiennes.
En plus du théâtre, elle a intégré l'Ecole Nationale de Villeurbanne pour se former au chant lyrique.

 

 

 

Anca Bene

 

 

Anca Bene

 

Après une formation en Lettres et langues étrangères, en Roumanie et un Master 2 dans le développement culturel et la gestion de projets à Lyon, elle mène un projet artistique au Burkina Faso. Ayant déjà une expérience semi-professionnelle du théâtre, pendant plusieurs mois elle explore cette forme d'expression artistique à travers des ateliers avec des enfants et des jeunes burkinabés. De retour en France, elle poursuit la formation professionnelle d'acteur au sein de l'Ecole de théâtre « Arts en scène » de Lyon et débute sa carrière de comédienne professionnelle.
En deuxième année elle travaille avec Claire Truche dans le spectacle « Yakich et Poupatchée, Kroume et autres mochetés », d'après Hanock Levin, avec Baptiste Guiton dans « Lysistrata » d'après Aristophane et avec Delphine Thouilleux dans une adaptation du conte de « Peau d'Ane », d'après Charles Perrault.

Aujourd'hui elle est comédienne au sein d'un collectif artistique issu de cette formation et joue actuellement dans « Peau d'Ane » de Charles Perrault, « Gynécée » avec la Cie Les Tournesols en Art'Monie et « 73 » un travail en espagnol en cours de création.

 

 

 

Julien Bourrières

 

 

 Julien Bourrieres

 

 

Après avoir fait une courte apparition dans le court-métrage "Très (très) chasse" de Mathieu Berthon en tant qu'acteur, il réalise avec Franck Regnier "Brain for Dogs" en 2009. Puis en 2012, il écrit et réalise avec Gaël Dubreuil la série Remember le cinéma.

Parallèlement à ses activités de cinéaste, Julien est comédien d'improvisation théâtrale au sein de l'équipe professionnelle d'improvisation des Art'souilles : EPITAF. Il participe à de nombreuses représentations de théâtre d'improvisation et de théâtre de rue.

Il joue également dans plusieurs pièces de théâtre au sein de la Compagnie : Voyage, La Cantatrice Chauve, Le Grand Jeu de l'Absurde, Les suites d'un premier lit, Mission Molière et Les Couleurs de toi.

 

Julien donne des cours de théâtre et d'improvisation depuis plusieurs années à des groupes amateurs tout public (adultes et adolescents) débutants ou confirmés.

 

Il est également formateur aux techniques d'improvisation dans diverses écoles de commerce de Lyon et de la région Rhône-Alpes.

 

Mohamed Brikat


 

 Mohamed Brikat

 

 

 

Ecole Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre (ENSATT), 2000/03.
Etudes supérieures d’arts du spectacle à la Faculté de Lettres de Besançon

Comédien au théâtre sous la direction de Christian Schiaretti (La Tragédie de Coriolan de Shakespeare, Ervart ou les derniers jours de Frédéric Nietzsche de H. Blutsch et Utopie d’après Aristophane), Anne Courel (Le Traitement de Martin Crimp, Marcel Guignard (Farces du Moyen-Âge), Gilles Chavassieux (Les Européennes), Compagnie LEA (Lyon 19ème), Marie Fernandez (Les Oranges de A. Chouaki), Claudia Stavisky (La Cuisine de A. Wesker), Christophe Perton (Préparatifs pour l’immortalité de P. Handke), Sergeï Golomazov (La Cerisaie de Tchekhov), O.Borle et R. Fernandez (Oreste d’Euripide), Philippe Berling (Le Prince de Hombourg de H. Von Kleist, Sergueï Golomazov du GITIS Moscou (La Cerisaie de Tchekhov), France Rousselle (Bérenice et Iphigénie de Racine), Jerzy Klésyk (Roméo et Juliette de Shakespeare), Enzo Corman (La ronde de Schnitzler), Philippe Delaigue (Koltès et Rodrigo Garcia),Nicolai Karpov (La Mouette de Tchekov).

Participations aux Langagières du TNP avec Jean Pierre Siméon, au Printemps des Poètes avec la cie Pandora, etc.

Acteur au cinéma dans des films de Catherine Corsini (Les ambitieux), Brigitte Coscasse (Mamirolle), Jonathan Desoindre (Paris 61), Malik Chibane (Ce qui est écrit).

Il a mis en scène Pit-Bull de Lionel Spycher, Le Révizor de Gogol et Le mariage de Figaro de Beaumarchais (Avignon 2008).

Au fil de l’année il dirige divers ateliers théâtre réguliers, en Lycée, LEP, Hypokhâgne / Khâgne, école élémentaire, école de commerce et parfois au Liban. Actuellement, il enseigne entre autres, au Lycée Le Mistral en Avignon, pour la classe préparatoire khâgne et par ailleurs, pour la classe CEPIT de l'école de L'Iris – ENM de Villeurbanne.

 

Grégoire Blanchon

 

 

Gregoire Blanchon

 

Après des études au Conservatoire de Lyon-Département Art Dramatique, où Grégoire suit les cours de Laurent Brethome, Philippe Sire, Magali Bonat, Françoise Lervy, Stéphane Auvray- Nauroy ou Alain Gintzburger, entre autres, Grégoire joue dans « La Dispute » de Marivaux, dans « Tes doigts sur mes yeux » écrit et mis en scène par Antoine Herniotte, dans « Tatiana Répina » de Tchekhov, mis en scène par Laurent Brethome, « Crimes du coeur » de Beth Henley, mis en scène par André Tardy, «Imaginarium » de Sarah Seignobosc et Grégoire Blanchon, etc...
Grégoire a signé sa première mise en scène avec « J’étais dans ma maison et j’attendais que la pluie vienne » de Jean-Luc Lagarce. Il a ensuite monté « La Ménagerie de Verre » de Tennessee Williams en 2008 au Festival des Bravos de la Nuit à Pélussin.
Récemment, Grégoire a concu et mis en scène « Dire, peut-être. », création sur les difficultés de langage à partir de parole récoltée et de « Traces. », projet sur la Mémoire.
Il a été assistant à la mise en scène d’Eric Massé et Angélique Clairand, de Richard Brunel et de Laurent Brethome. Au cinéma, il joue aux côtés de Béatrice Dalle dans « Notre paradis » de Gaël Morel. Il s’apprête à jouer le rôle principal de « Poucet pour les grands » de Gilles Granouillet (mise en scène de l’auteur).
Grégoire continue actuellement de se former au travail vocal à partir des textes de Shakespeare avec Nadine Georges (Voice Studio International).

 

Jérôme Chabaud

 

 

 

Animateur dans le développement des pratiques artistiques, Jérôme Chabaud s’est formé avec les CEMEA, organisme d’éducation populaire, dont il revendique aujourd’hui les valeurs. Il intervient, depuis 2004, dans diverses structures : cinéma associatif, MJC, association de théâtre amateur… et utilise le théâtre comme outil pédagogique auprès des jeunes. En 2009, il intègre la formation professionnelle au métier d’acteur d’Arts en Scène. En tant que comédien, il a travaillé notamment avec Vincent Rivard, Mohammed Brikat, Eric Zobel, Catherine Hargreaves, et Christian Taponard. Il vient de créer le Collectif « Sans Nom » ainsi que le spectacle burlesque « Les Objéctivés » avec Florence Weber. Désormais artiste confirmé, il souhaite mettre à profit ses compétences et connaissances des techniques de jeux au service du jeune public. Jérôme Chabaud axe sa recherche dans un théâtre vivant, jamais figé, qui interroge et pense le monde qui l'entoure.

 

Stéphanie Chevarin

 

 

Zellegi

 

Stéphanie Chevarin est clown et intervenante diplômée cirque pour l'Ecole de Cirque de Lyon. Après avoir suivi des formations professionnelles comme danseuse classique et contemporaine (cie Michel hallet Eghayan) et avoir travaillé comme danseuse chorégraphe, elle rencontre l'art clownesque, et s'y consacre avec passion jusqu'à aujourd'hui. Elle se forme également aux autres arts du arts du cirque (trapèze essentiellement, jonglage, acrobatie etc.) et au théâtre (école de théâtre – formation professionnelle d’Arts en scène). Elle travaille désormais sur un nouveau spectacle en collaboration avec Eric Zobel et donne régulièrement des stages de clown aux adultes et aux enfants en adaptant sa pédagogie à l'histoire de chacun.

 

 

Corentin Coko

 

 

Corentin Coko

 

Fils de comédien et passionné de chanson, Corentin COKO chante sur scène depuis l'âge de 16 ans, où il assure alors la première partie d'Arthur H.
Auteur-Compositeur-Interprète, ainsi que pianiste et accordéoniste, il a depuis remporté plusieurs prix (Pic d'or, Prix Yves-Montand, ...), réalisé de nombreuses premières parties (Julos Beaucarne, Alexis HK, Jean Guidoni, Agnès Bihl, Loïc Lantoine, Francesca Solleville, Allain Leprest, ...), a été à l'origine de plusieurs projets collectifs (Chansons à bretelles) et sorti son premier album en octobre 2009.

Il est également intervenu sur d'autres spectacles (et lectures), comme chanteur/comédien/musicien (Cie Point du Jour, Les QBnis, Rue Tournelle, ...), et a fondé sa propre compagnie, "Sur l'air de rien", en 2005.

Il est titulaire d'un Master 2 de Musicologie, et a également été formé au JAM (Montpellier), à l'ENM (Villeurbanne) et au Conservatoire du Sichuan, où il a étudié la musique chinoise pendant un an.

Si son activité principale reste la scène, Corentin COKO se fait également parfois intervenant (cours individuel, ateliers d'écriture, regard extérieur, ...) et surtout continue de se former, en cherchant notamment du côté d'autres arts (mime, danses, arts martiaux, théâtre, ...) et d'autres musiques (jazz, classique, musiques du monde, ...).
Ces ouvertures permettent d'aborder la voix - chantée ou parlée - sous une multitude de facette, autant en travaillant les rapports corps/voix qu'en questionnant l'interprétation et la présence scénique (pour tous : comédiens, musiciens, circassiens, ...)

 

 

 

Alexandre Del Perugia

 

 

Alexandre-Del-Perugia

Alexandre Del Perugia, s'est orienté après le professorat d'éducation physique vers le spectacle.

Artiste, chercheur, pédagogue du mouvement, il est un ancien élève du conservatoire national du cirque et du mime (carré Sylvia Monfort).

Sa pratique de la planche à voile et des jeux de compétition l'ont conduit à poursuivre sa recherche sur les éléments air et eau, et à introduire dans sa pédagogie un nouveau rapport au jeu (jeu de cirque, jeu de l'acteur, jeux de corps, jeux d'enfants, plaisir du jeu)ainsi qu’un nouveau rapport à la pesanteur et à l'équilibre pour les mettre au service du spectacle vivant, et du cirque en particulier.

Après avoir travaillé à l'Opéra de Paris de 1985 à 1988, notamment avec Antoine Vitez, Alexandre Del Perugia fonde le "Théâtre école du passage" avec Niels Arestrup.

Il crée "Projections", un espace de recherche autour des jouets du cirque avec de jeunes comédiens et acrobates et ,en 1995, "Regards et mouvement" à Pontempeyrat, dans le Forez, "lieu sédentaire pour nomades", lieu d'accueil, de formation, de recherche et d'expérimentation. Il travaille avec Régine Chopinot dans "Chair obscur", avec la compagnie DCA de Philippe Découflé, et d'autres encore...

Alexandre Del Perugia fait de la préparation corporelle pour des comédiens, tels que Denis Lavant, Juliette Binoche, Anna Mouglalis, Isabelle Otero, François Clavier, etc.

Son parcours le conduit également à donner des cours au Conservatoire national d'art dramatique ainsi qu'à mener de nombreux stages auprès de comédiens, danseurs, chanteurs lyriques, rappeurs, etc.

Il intervient également à l’étranger : Canada, Venezuela, Pérou, Allemagne, Suisse, Danemark…

 

Gaël Dubreuil

 

 

Gaël Dubreuil

 

Comédien improvisateur et auteur, Gaël Dubreuil participe à de nombreux matchs, spectacles d'improvisation et impostures (Service Compris, Tenue de soirée exigée, Impro Ciné /impro TV, Impro et Vous…).
Il joue également dans diverses pièces comme la Cantatrice Chauve d’Eugène Ionesco, mit en scène par Wihlem Queras (coup de cœur festival off Avignon 2010) ou le grand jeu de l’absurde de Franck Regnier et Priscilla Monchalinavec la Cie Les Art’souilles. Il collabore par ailleurs avec la Cie Soleluna pour Orgie Romaine de Michel Heim mise en scène par Georgio Carpintieri ou encore avec la Cie la Main qui Parle dans Naitre de Delphine Céjust mise en scène Pascale Diseur.

Auteur de théâtre, il a été récompensé par le Prix des Plumes de Grenoble en 2007 pour sa pièce L'amitié entre les hommes et les femmes n'existe pas, publié chez Publibook. Il a également écrit et mit en scène, avec Camille German, les pièces de théâtre Voyage ! en 2010 et Mission Molière en 2012. En 2013, il collabore avec Delphine Céjust à l’écriture deux pièces Tais-toi et pousse !, ainsi que Temps Mort également coécrit avec Franck Regnier.

Fortement impliqué dans la création, Gaël Dubreuil est par ailleurs le co-fondateur de l’Institut du Court-métrage Rhône Alpes et auteur de livres pour enfant.

 

Yann Ducruet

 

 

Yann Ducruet

 

Comédien et metteur en scène, il a suivi des études universitaires jusqu'en maitrise des arts du spectacles mention études théâtrales, avant d'être l'assistant de Frank Berthier pour les créations Jeux de rêves et Un Songe, d'après August Strindberg.
Il a travaillé avec Souleymane Bah sur Bintou et Fama de Koffi Kwahulé, Tout bas..., si bas de Koulsy Lamko et Les indépendant-tristes de William Sassine. Il a participé aux créations collectives Les Chroniques de la Quincaillerie Moderne avec Benjamin Villemagne, qui l'a également dirigé dans Une nuit au bouge de Charles Méré et Moi, Zombie d'après Allan Parkinson.
Il a joué dans Words are useless de Aurélie Sorel Cros, Les âmes rouges de Marielle Hubert, dans Voyage à travers l'impossible de Vincent Arnaud d'après Jules Verne. Il est dirigé par Maria Cojocariu dans Trahisons de Harold Pinter, par Léa Sabot dans Cairn de Enzo Corman, par Anne-Pascale Paris dans Accrocs à Quoi de Sandrine Bauer, et par Philippe Spader dans Hamlet de William Shakespeare et Hier, c'est mon anniversaire de Eugène Durif.
Il a créé sa compagnie, le Monstrueux Théâtre Bam en 2000. Il monte notamment Elizavièta Bam de Daniil Harms, Banane Roi de Léonard Dadin, Le Réveil de Cthulhu d'après H.P. Lovecraft; ainsi que ses propres créations: les feuilletons théâtraux Le plus vieux métier du monde et Les Moustaches de Dieu, les dialogues Salut et Manger tue, le spectacle interactif Le retour du Pr. Schwarzkopf, Néphélocéphalie et Le Point Némo.


 

 

Philippe Dusigne

 

 

Philippe Dusigne

 

Titulaire des Certificat d’Aptitude aux fonctions de professeur de théâtre, 2008 et Diplôme d’Etat d’enseignement du théâtre, 2006.
Master de recherche en arts et études théâtrales de l’université Lyon 2 sur «les enjeux d’une école de mise en scène » à partir de l’étude du département d’enseignement de la mise en scène mis en place à l’ENSATT.

Suit l’Ecole Jacques Lecoq  à Paris, puis le Studio classique de Christian Rist (1979/84).
Travaux et stages avec Maurice Bénichou, Ariane Mnouchkine, Daniel Mesguish, Alain Neddam, Denis Marleau. Jerzy Klesyk (Shakespeare et Barker), Anatoli Vassiliev et Valérie Dréville (Gorki), Christophe Maltot (Prosodie- Corps en jeu)…  Suit plusieurs formations auprès des maîtres  Shime Shigeyama (intermèdes du théâtre japonais et élisabéthain), Manzaburo et Norinaga Umewaka (Claudel et le Nô) aux Ateliers et Creuset de l’ARTA, Paris.
Il joue  dans une quarantaine de spectacles, sous la direction de Véronique Chatard ( Wajdi Mouawad) Maguy Marin (Umwelt), Christian Schiaretti (Calderon, Shakespeare), Olivier Borle (David Mambouch), Anne Courel (Durif, Balzac, …), Jean Michel Potiron (Tchekhov),  Shime Shigeyama (Théâtre Kyogen), Christophe Perton (Jakob Lenz, Pasolini), Patrick Le Mauff (Brecht), Daniel Pouthier ( Tchekhov), Myriam Tanant ( Mozart), Alain Maratrat et Louis Erlo (  Offenbach, Prokofiev), Michèle Heydorff et Christian Chessa (Fassbinder), André Fornier ( Brecht), Gilles Chavassieux ( Henry James), Françoise Maimone ( T. Williams, L. Pirandello), Bruno Carlucci ( S. Shepard), Jean-Marc Avocat (Jean Racine).
Il a travaillé en résidence au Théâtre de la Renaissance à Oullins de 1993 à 2000  avec Olivier Maurin et la  compagnie Lhoré Dana  (Grégory Motton, Marieluise Fleisser, Franz Kafka…).
Création mondiale du  Dieu Bonheur de Heiner Muller, au festival d’Avignon ,1990.

Il mène depuis 1983 un important travail de pédagogie du théâtre pour tout public : Mission de la Drac Poitou Charente  pour la mise en place d’une préfiguration des classes A3 théâtre dans les lycées : le projet Théâtre-Education.
 Responsable d’ateliers de pratiques artistiques en Rhône-Alpes, en partenariat avec les  théâtres de la Croix Rousse et de la Renaissance, de la Maison du théâtre de l’Ain, et  de nombreuses compagnies ;  Formateur de comédiens et danseurs professionnels dans le cadre de stages conventionnés AFDAS, avec la Cie Kilina-Kremona (jeu clownesque), Trilog (apprendre à animer un atelier théâtral).
Il  met en scène de nombreux spectacles avec des groupes de théâtre amateur…

 

Franck Fargier

 

 

Franck Fargier

 

Franck Fargier

Après une carrière commerciale, il entame une formation professionnelle de comédien pendant deux ans en intégrant l'école de théâtre Arts En Scènes à Lyon dirigé par Eric Zobel. Il participe ainsi à plusieurs créations théâtrales au sein de l'école en jouant des rôles dans des pièces telles que Roberto Zucco de Koltes, Kroum L'Ectoplasme de Hanoch Levin, III de Philippe Malone.

Il suit des cours sur la méthode Feldenkrais sous la direction de Isabelle Leroy à Lyon et assiste à plusieurs Master Class avec notamment Valère Novarina et Alexandre Del Perugia.

 Il suit également pendant un an, une formation sur le jeu selon la méthode Meisner sous la direction de Keith Farquhar et participe à un travail autour de l'oeuvre de Koltes Dans la solitude des champs de coton dirigé par Isabelle Sadoyan au TNP à Villeurbanne.

Il interprète « Saito » dans Tokyo notes mis en scène par Olivier Morin et participe au festival le printemps de l'Europe en interprétant Benoit Lamy dans L'Hotel De L'Europe écrit et mis en scène par Jean Marc Bailleux.

Il travaille ensuite sous la direction de Mohamed Brikat avec la compagnie Le Collectif T en interprétant le rôle de « Clitandre » dans Georges Dandin de Molière.

Parallèlement au théâtre, il interprète le rôle de « Sam », un animateur radio de libre antenne, dans le court métrage 100.9 réalisé par Jean François Galata et Hugo Lucioni pour Visualcom.

 

 

 

 

Gaëtan Fauchoix

 

 

Gaëtan Fauchoix

 

Après 3 années de formation théâtrale au sein de L'Acteur enjeux, sous la direction de Patrice Khaloven, je suis entré dans la Compagnie des Bords de Saône en tant qu'assistant à la mise en scène et dans le rôle de "Colin" sur la pièce 'George Dandin" de Molière et en co-production avec "Intrigance Cie". Puis suite au départ du comédien interprétant "Clitandre, le metteur en scène Nicolas DUPLOT me proposa de reprendre le rôle. J'ai participé aux représentations suivantes étalées sur 3 mois, ainsi qu'au travail en amont auprès des lycéens pour les sensibiliser au théâtre. Par la suite Sylvie Ferrandis m'a formé pour des ateliers auprès des enfants (6 à 11 ans) durant les vacances et temps extra-scolaires. J'ai participé activement au théâtre forum du Théâtre des Bords de Saône proposés dans dives collèges de la région (écriture et mise en espace de jeu avec les participants).
J'ai ensuite eu mes propres ateliers avec la Compagnie du Ô avec les enfants mais j'ai également  réalisé un atelier en maison de retraite et avec les adolescents (15-17 ans). Pour la compagnie, j'ai écris le spectacle "Chérie, fais-toi peur !", farce sur la télévision et particulièrement la téléréalité, dans lequel j'interprétais plusieurs rôles dont le narrateur.
A la suite de ce spectacle, j'ai développé mon écriture avec la pièce "Quand Joe découpe Praline" comédie à l’humour noir,  que j'ai également mis en scène en interprétant aussi le rôle de Joe. Nous avons représenté le spectacle près de 40 fois à L'Accessoire Café Théâtre.
Cette expérience m'a donné l'envie de m'essayer seul à la scène, et voilà comment Super-Gringalet a pris son envol. Afin de développer mon jeu, j'ai suivis pendant un an, les stages de "Recherche de son clown" sous la direction d'Eric ZOBEL directeur de "Arts en scène", où le nom de mon clown fut Gontran et ce qui m'a permis de créer le personnage de Hervé.
C'est ainsi que débute l'aventure de "Gontran n'en fait qu'à sa tête" avec une galerie de personnages cocasses avec un jeu oscillant entre théâtre et clown. Le but n'étant pas de représenter des personnages ridicules mais d'être ces personnages pour les rendre attachant mais aussi amusant.
Aujourd’hui, je travaille sur la création de « Epluche-moi des histoires » un spectacle humoristico-éducatif pour les enfants, qui sera présenté à la Maison de Guignol.

 

Olivier Gabrys

 

 

Olivier Gabrys

 

 

Après une formation en danse contemporaine au sein de la Cie Hallet-Eghayan, Olivier Gabrys obtient son diplôme État de Professeur de Danse Contemporaine au CND Lyon/Rhône-Alpes en 2003. Il enseigne l'année suivante à l'Université et au Conservatoire National de Région de Besançon où il anime parallèlement l’Atelier de Danse du musée des Beaux-Arts. Il multiplie, depuis, les interventions en milieux scolaire, universitaire, dans les écoles de danse et les conservatoires (Pontarlier, Mulhouse, Lyon) lors de stages ou de remplacement de cours.

Danseur, chorégraphe et aussi comédien, Olivier Gabrys a travaillé comme interprète pour plusieurs compagnies de danse et de théâtre de la région (Apparemment, Adam, Litécox, Métrognome) et d'ailleurs (Françoise Murcia, Josette Baïz, Susan Buirge), avant de poursuivre ses propres expérimentations chorégraphiques à partir de 2005, avec sa structure HOMNIBUS Compagnie. Il s'intéresse particulièrement aux différentes techniques et méthodes d'écriture du mouvement et suit l'enseignement en composition chorégraphique de Susan Buirge au CRCC de Royaumont.  ll travaille actuellement avec Virginie Barjonet, au sein de la compagnie Dynamo et avec la Compagnie Tramaluna de Marcelo Sepulveda.

Il privilégie, dans son approche pédagogique, le traitement de l'espace et les différentes écritures du mouvement, souvent à partir du langage poétique. Sa pratique et sa recherche  s'appuient sur les liens possibles entre danse et littérature, entre formes du corps et celles du langage.

 

Alain Gautré

 

 

Alain Gautré

 

Élève puis professeur chez Jacques Lecoq, Alain Gautré est également acteur. Il a été clown et marionnettiste. Sa relation à la scène est fondatrice de son écriture.
En 1975, il signe à la fois sa première pièce et sa première mise en scène avec Le Jardin d'à côté, une comédie dont il interprète les 30 personnages. En 1977, il co-fonde Le Chapeau Rouge pour lequel il écrit et interprète Place de Breteuil, Babylone, Gevrey-Chambertin (écrit en collaboration avec Pierre Pradinas). Les trois spectacles sont mis en scène par ce dernier. Suivent Le Café sous la terre (1980), créée aux USA par Vincent Gracieux en 1986, Durendal, créée par l'auteur en 1985, Genèse écrite et mise en scène en collaboration avec Jean-Louis Heckel en 1990, Chef-Lieu (1991) portée à la scène par Jean-Claude Fall en 1992, Le Château dans la forêt écrite en 1992, Siège en co-écriture avec Yves Marc et créée par Yves Marc et le Théâtre du Mouvement en 1995, Hôtel du Grand Large, une commande du Théâtre Populaire de Lorraine, La Chapelle-en-Brie (Prix du Public en 1996 lors de la manifestation Paroles d'Auteurs au Théâtre de l'Est Parisien, mise en scène Josane Rousseau, La Chartreuse 2000), Haute-Garonne écrite en résidence à La Chartreuse en 1997, La Brèche-au-Loup, écrite en 2000 dans le cadre de l'opération Urgence de la Jeune Parole organisée par le Théâtre de la Digue, Comme ça, textes écrits à partir des toiles d'Isabelle Hervouët mis en scène par la compagnie Skappa!, Poucet, créée par François Fehner et L'Agit-Théâtre sous chapiteau à Toulouse en 2002, Péplum, recueil de textes érotico-drôlatiques inspirés par l’antiquité, Amiour, pièce écrite dans le cadre de l’opération Urgence de la jeune parole, Mélancolie, monologue pour un chêne pubescent du Quercy, texte court écrit pour Stéphanie Tesson, dans le cadre des Fantaisies bucoliques au château de Versailles en 2005, Rocamadour, texte court écrit pour Sylvie Baillon, Impasse des Anges, création au Théâtre de la Tempête en mars/avril 2010. Alain Gautré a été édité par Théâtrales, Actes Sud Papiers, Lansman, L’Avant-scène théâtre.

En 2000, il fonde la Compagnie Tutti Troppo et monte : Les Balancelles, de Catherine Zambon, fantaisie écrite pour marionnettes, qu’il fait interpréter par des acteurs, croisant les techniques du masque et de la voltige aérienne, L’Avare de Molière dans lequel il joue Harpagon et George Dandin de Molière.
Il a écrit un roman : La Fureur du Rat (éditions Scarabée & Cie), a participé à l’ouvrage collectif Le Théâtre du geste, sous la direction de Lecoq (encyclopédie Bordas du spectacle). Il a été co-scénariste de Pierre Pradinas sur deux films (Itinéraire bis, avec Jean-Pierre Darroussin et Catherine Frot ; Un tour de manège, avec François Cluzet et Juliette Binoche).

 

Nelly Guillet

 

 

Nelly Guillet

 

Nelly GUILLET a intégré la formation art dramatique à « La Scène sur Saône » en 2003 jusqu’en 2006. Ensuite, elle est partie un an à Montréal où elle a commencé à pratiquer le clown. En revenant en France, elle a voulu poursuivre dans cette voie en se spécialisant véritablement dans le burlesque et clown, elle a donc rejoint le FRACO en 2007.
Depuis qu’elle en est sortie, soit en 2009, elle travaille avec plusieurs compagnies lyonnaises mais principalement avec la Cie Monsieur Cheval & Associés, « compagnie qui traite les thématiques les plus improbables de la pire manière qui soit ». Elle crée avec celle-ci plusieurs spectacles dont La Méthode Boucher (spectacle burlesque sur la place de la femme au sein des entreprises françaises).
Elle aime aussi revisiter des classiques avec la Cie du Pata Dôme Théâtre (Irigny) tels que Tartuffe de Molière créé en 2009 ou encore Candide de Voltaire créé en 2010.


A côté de ça, elle enseigne le théâtre aux bouts d’choux de 3 à 6 ans en périscolaire à Feyzin, et propose aussi régulièrement des stages de clown à une troupe d'improvisation théâtrale.

 

Baptiste Guiton

 

 

Baptiste Guiton

 

Formé à l’école nationale de la Comédie de Saint-Étienne en tant que comédien, il travaille notamment avec François Rancillac, Redjep Mitrovitsa, Jean-Paul Wenzel et Geoffrey Carey. Il  intègre ensuite le département Mise en scène de l’ENSATT, dirigé par Christian Schiaretti et Alain Françon et étudie notamment avec Jean-Pierre Vincent et André Markowicz.


Il joue dans L’Opéra de quat’sous de Bertolt Brecht, mis en scène par Johanny Bert, dans Jour de Nicolas Doutey, mis en œuvre par Alain Françon à Théâtre Ouvert, et interprète Oreste dans Andromaque de Jean Racine mise en scène par Anne Théron, qu'il retrouvera en 2014 pour la création du Garçon Girafe de Christophe Pellet. Depuis 2012, il fait parti de la troupe permanente du TNP, et joue notamment dans Mai, Juin, Juillet de Denis Guénoun et Une Saison au Congo de Aimé Césaire mis en scène par Christian Schiaretti.


En 2007, il crée son premier spectacle Souffles, adapté de Rimbaud et Shéhérazade d’Abdellatif Laâbi, et met en scène Le Misanthrope de Molière. En 2008, il monte Les Adieux de Elfriede Jelinek en collaboration avec Benoît Bregeault et Ivica Buljan. En 2009, il dirige Tiphaine Rabaud Fournier dans Le Groenland de Pauline Sales et met en espace Blektre de Nathalie Quintane ainsi qu’À propos de l’homme singe de Valérie Sigward, dans le cadre du  TGP aux auteurs. En 2011, il fonde la compagnie Le Théâtre Exalté et crée Nina, c’est autre chose de Michel Vinaver au TNP, récompensée par le Prix des  jeunes pousses  au Festival Théâtre en mai de Dijon.


En tant que collaborateur artistique, il travaille avec Alain Françon à la création des pièces en un acte de Georges Feydeau, et participe à la création de Mademoiselle Julie et Créanciers de August Strindberg, mises en scène Christian Schiaretti. Il assiste Jean-Pierre Vincent et Bernard Chartreux pour la création des Aventures de Zelinda et Lindoro de Carlo Goldoni et collabore à la mise en espace des Heures sèches de Naomi Wallace, mis en œuvre par Guillaume Lévêque lors de Théâtre Ouvert/40ans au Festival d’Avignon 2011. Il rejoint Denis Guénoun et Stanislas Roquette en 2012 pour les spectacles Qu’est-ce que le temps ? et Artaud-Barrault.


Parallèlement, il travaille pour les Tréteaux de France et pour la fiction de France Culture dans l’équipe de Blandine Masson : il participe notamment à l’enregistrement publique de The Power of yes de David Hare, réalisé par Alexandre Plank, avec lequel il coréalise en public Je pars deux fois et Jour de Nicolas Doutey à Théâtre Ouvert.

Depuis 2012, il est comédien et collaborateur artistique dans la troupe du Théâtre National Populaire.

 

 

 

Françoise Fouquet

 

 

 Françoise Fouquet

 

Certificat d’Aptitude aux fonctions de professeur de théâtre, 2008
Diplôme d’Etat d’enseignement du théâtre, 2006

Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris (1978/80),
Elève dans les classes de Michel Bouquet, Pierre Debauche et Antoine Vitez

Comédienne dans une trentaine de spectacles, sur Paris puis Lyon, sous la direction de  Pierre Debauche (Corneille), Guy Rétoré (Heiner Muller), Michel Touraille (C.  Ligier, J. Bousquet), Jean Bollery (Calveyra), M. Guilleminot (Yourcenar), Robert Angebaud (Tchekov, C. Cosnier), P. Frojer (Shakespeare), Théâtre de la Chamaille (Molière), Théâtre Quotidien de Lorient (Cervantes), Théâtre du Ranelagh (Les petites filles modèles), Jérôme Savary (D'Artagnan), Gilles Chavassieux (Vinaver, G.Granouillet), Pascale Henry (Boris Vian), M.Yendt, F.Maimone (Shakeaspeare, Tchekhov), Théâtre double, Claudia Stavisky (Wesker), C.Ginisti (J-L Lagarce), et
complicité avec Catherine Anne pour quatre créations au T.G.P. St Denis ( Ah! Annabelle, Agnès et Ah! là! là! Quelle histoire!, L’impromptu du bord de l'eau).
Elle joue Les règles du savoir-vivre dans la société moderne de J-L Lagarce au Théâtre de la Croix-Rousse ;  elle propose des lectures spectacles dans le cadre de Textes à dire (Esclandres, chicanes, avanies et Japon insolite). 
Actrice elle joue dans une quinzaine de téléfims et courts métrages, sous la direction de Catherine Corsini, Dominique Moll, Jean-Yves Seban, C Laurent, D Doll, AF Mistral, V Pascal, Henri Poirier…

 

Nicolas Guépin

 

 

Nicolas Guépin

 

Nicolas GUEPIN est comédien et metteur en scène. Après une formation professionnelle en art dramatique (CNR de St Maur des Fossés) de 1998 à 2001, il s'engage en tant que comédien durant deux ans auprès du Théâtre des Deux Rives. De retour à Lyon il crée ses premières mises en scène : Cinq Filles Couleur Pêche d'Allan Ball et Onysos Le Furieux de Laurent Gaudé, avec la compagnie Kapibara. Il écrit aussi deux one man show : L'Enfer c'est Moi et Des Rêves et Déprime. Il n'abandonne pas pour autant ses projets en tant que comédien. Il joue dans les Effracteurs de José Plya avec Kapibara, Hot House d'Harold Pinter avec l'Atelier du Désordre, Mesure pour Mesure de William Shakespeare et Dom Juan de Molière avec Broutille et Compagnie. Il met en scène Tour et Autres Tours de Folie de Francis Beaucourt, Le mariage de Figaro de Beaumarchais et Membre de Claire Lestien. Il est également formateur en art dramatique au sein de plusieurs structures.

 

 

Catherine Hargreaves

 

 Catherine Hargreaves

 

Après une formation à l’ENSATT (Ecole Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre) et à l’école du Théâtre National de Chaillot, elle est aujourd’hui comédienne, metteur et scène et traductrice et membre créateur de la compagnie Les 7 soeurs. 

Elle a mis en scène Le Monde merveilleux de Dissocia d'Anthony Neilson au Théâtre des Célestins après une résidence à La Chartreuse, Réalisme au théâtre de l'Elysée, La nuit de la nuit (création collective Les 7 soeurs) au NTH8, Un grand Nombre de Caryl Churchill au théâtre les Ateliers, Véra ou les Nihilistes d’Oscar Wilde (ENSATT), Kaveh Kanes de David Mambouch (ENSATT) et Lunch de Steven Berkoff (qu’elle a également traduit) à l’Espace Kiron, Paris. 

Comédienne, elle a joué au théâtre dans les mises en scène de Cyril Cotinaut, Laure Giappiconi, David Mambouch, Baptiste Kubich, Gilles Chavassieux et Jean-Claude Durand et de Christian Schiaretti, Michel Raskine et Richard Brunel à l'ENSATT. Au cinéma, elle a joué sous la direction de Gérard Mordillat, Emmanuel Finkiel, David Mambouch, Olivier Borle et Simon Shandor.

Membre de la Maison Antoine Vitez, elle a traduit Lunch de Steven Berkoff, Machinal de Sophie Treadwell, Le Monde Merveilleux de Dissocia et Réalisme d’Anthony Neilson. 

Elle a participé à l’écriture d’un documentaire pour la télévision et a été assistante à la réalisation pour deux documentaires : Au Pays D’Oiseau Fidèle, Simon Shandor  etSrebrenica, une Chute sur Ordonnance, Yves Billy.

 

Jörg Hassmann

 

 

Jorg Hassmann CI


Jeune artiste né en 1970, Joerg travaille à Berlin et enseigne la danse contact improvisation depuis 1995. Il monte sur scène comme improvisateur en théâtre et en théâtre puis finalement se forme à la technique de la danse contemporaine. La pratique de la capoiera apporte également à sa danse des mouvements musculaires, contrôlés mais fluides. Enfin il trouve une inspiration forte pour son travail dans les techniques somatiques comme Alexander et le BMC, techniques fondées sur l'anatomie humaine et à la recherchye d'un mouvement efficace et sans effort. Autre source d'inspiration à ne pas oublier : le sens du jeu et beaucoup de curiosité.

 

Il apprend lui-même à travers essentiellement l'enseignement et la pratique de la scène. Il enseigne dans le monde entier et adore les différences des cultures. Depuis 2006 il a été invité pour donner des stages dans les principaux festivals de Danse Contact Improvisation. Il défend une pratique de la danse contact improvisation comme forme de spectacle tout en travaillant dans des spectacles chorégraphiés en France, Egypte, Japon, USA. En 2006, son duo de danse contact improvisation avec Jenny Haack remporte le prix du Festival International de Danse à Kalisz en Pologne.

 

 

Claire Heggen

 

 

Claire Heggen

Co-directrice artistique du Théâtre du Mouvement
Auteur, actrice, metteur-en-scène, professeur
Co-directrice artistique du Centre de Trielle (Auvergne)
Co-fondatrice des “Transversales”, Académie européenne des Arts du Geste, itinéraire culturel du Conseil de l’Europe.
Chevalière des Arts et des Lettres

Danse classique et contemporaine
Diplôme d’état au professorat d’éducation physique (1965 – 1969), diplôme de l’INSEPS
Elle suit l’enseignement de différents maîtres de mouvement dont :
Etienne Decroux pour le Mime corporel (1969 - 1971 puis de 1973 à 1976), Moshe Feldenkrais et Gerda Alexander.

Depuis 1973, elle travaille en duo avec Yves Marc.
En 1975, ils fondent la compagnie du Théâtre du Mouvement.
Ils réalisent ensemble une dizaine de créations dont “Les Mutants” et “Tant que la Tête est sur le Cou”.
Seule, elle crée et met en scène : “Im/mobile” (1982).

En 1983, élargissement de la compagnie du Théâtre du Mouvement à 6 acteurs.

Auteur et metteur en scène pour la compagnie du Théâtre du Mouvement :
“Attention la Marche” (1986), “Encore une Heure si Courte” (1989), “Cities” (1998), projet européen des Transversales, “Le petit Cépou” (2001), « Blancs ... sous le masque » (2004), “Le chemin se fait en marchant” (2005).
En collaboration avec Yves Marc, elle crée et cosigne la mise en scène de “Instablasix” (1983), “Bugs” (1992). ”Mutatis Mutandis” (1993) “Si la Joconde avait des Jambes” (1996) et “Rétrospective” (1996), “ Faut-il croire les mimes sur parole ? ” (2003).
Avec ces spectacles, la compagnie a tourné dans une cinquantaine de pays.

Conseillère artistique :
Pour la mise en scène gestuelle de « Lettre au porteur » spectacle de Lucas Thiery et Cathy Dubois crée dans le cadre de la compagnie (1990), “Pétrouchka” mise en scène de Irina Niculescu (ESNAM), “Labyrinthes” de Philippe Minyana, mise en scène de Jean-Louis Heckel (ESNAM), “Le chant perdu des petits riens“ mise en scène de Yves Marc.

Dramaturge et conseil à la mise en scène pour « Moonshine », création de la compagnie Theater Ensemble de Hong Kong (2002)

Actrice :
« Instablasix » (1978), « En ce temps là ils passaient »(1983), “ Siège“ (1994), « Si la Joconde avait des jambes » (1996), « Retrospective » (1996), “Le chant perdu des petits riens“ (2000), « Le chemin se fait en marchant » (2005).
Professeur :
Elle se consacre à la formation professionnelle notamment à : l'Institut International de la Marionnette de Charleville Mezières, l'Ecole du Théâtre National de Strasbourg, l'Institut d'Etudes Théâtrales Paris lll / Université de Paris VIII, au Conservatoire National de Madrid (RESAD), Institut del Teatre de Barcelone, Akademi for Figurteater de Fredrikstad en Norvège, CNFPT pour les professeurs de conservatoire de théâtre, et différents conservatoires de théâtre (Arras – projet pilote, Amiens, Tours, Bordeaux).
Elle anime des stages internationaux pour professionnels du spectacle : USA - Philadelphie ; Angleterre - International Workshop Festival, Londres; Amsterdam – Maastricht Summer University, et aussi en Italie, Pérou, Equateur, Suède, Slovaquie, Norvège, Portugal.

 

François Hollemaert

 

 

François Hollemaert

 

Chanteur, chef de chœur, professeur de chant,  il se forme pendant dix ans à la technique lyrique de contre-ténor et au répertoire classique, notamment à la Maîtrise adulte de Notre Dame de Paris (2000-2003).

Parallèlement, il explore les domaines du conte, du poétique, de l’instrumental (flûtes à bec, claviers), et de la pratique de rue.

Il reprend depuis deux ans un travail vocal personnel, cette fois-ci en ténor, en cours privé.

Il chante dans plusieurs formations lyonnaises qui reflètent la diversité de ses choix, entre autres Epsilon (Musique Ancienne, direction Maud Hamon) et Gondwana (Musiques modales traditionnelles, jazz et savantes du Brésil, direction Eduardo Lopes).

Son goût pour la pédagogie qui lui a permis d’enseigner dans divers lieux et matières trouve son épanouissement avec les classes de comédiens d’Arts en Scène, depuis deux ans.

 

 

 

Thomas Leabhart

 

 

 Thomas Leabhart

 

 

 

Thomas Leabhart (USA), mime et pédagogue, est l’ancien assistant du mime Etienne Decroux

A travers des exercices inspirés des méthodes Pilates, Alexander et Feldenkraïs, Thomas Leabhart invite les participants à prendre conscience de leur corps, et à acquérir force et souplesse dans le mouvement expressif.

L'étude du répertoire mimographique d'Etienne Decroux et le travail sur des compositions personnelles permettront aux artistes de mieux connaître les possibilités expressives du geste, du corps en mouvement et de ses diverses qualités.

Etienne Decroux est considéré comme le maître français du mime, il a eu des élèves prestigieux tels que Marcel Marceau, Jean-Louis Barrault, Josef Nadj, Claire Heggen et Thomas Leabhart, l'un de ses héritiers directs.

Ce dernier est mime et metteur en scène, il enseigne le théâtre et le mouvement au Pomona College (Californie).

 

 

Frédéric Le Salle

 

 

Frédéric Le Salle

En qualité de chorégraphe, danseur, pédagogue et musicien,il dirige la « Compagnie Mangeur de Lune ». Après une formation en danse contemporaine et en musique à l’Université et au Conservatoire de Rennes de 1991 à 1996, il est interprète pour diverses compagnies de danse (Portes sud, Tramaluna, Kat’chaça, et le CCN de Grenoble/Jean-claude Gallotta …).
Il se forme auprès de chorégraphes et pédagogues comme Jackie Taffanel, Georges Appaix, et en danse butoh auprès de Atsushi Takenouchi, et Masaki Iwana qui marquent tous profondément son parcours artistique.
Il obtient le Diplôme d’état de professeur de danse contemporaine en 2004, et enseigne régulièrement en France auprès de groupes d’enfants, adolescents, adultes, et personnes âgées, en finalisant la plupart des projets par des créations.
Il donne des stages de danse contemporaine, contact improvisation, composition instantanée, et de danse butoh en France, en Espagne et en Italie.
En tant que chorégraphe et interprète, il créer : « Un jour peut-être » (solo 2004),  recherche sur les relations entre la musique, la voix, le texte et la danse ; « Mangeur de lune » (duo 2005,  solo 2007), et « Le ciel dans ma Tête » (solo 2010)  pièces de danse butoh ; et  «Chopanova » (sextuor 2011), inspiré du cinéma muet de Buster Keaton.

 

 

Stéphan Lhuillier

 

Stephan Lhuillier

 

téphan Lhuillier est comédien, marionnettiste et auteur. Titulaire du Diplôme Universitaire Des Métiers du Spectacle et du Théâtre, à vingt ans il rejoint en Bourgogne  La traite des planches  un Théâtre école itinérant. C’est là qu’il côtoie les artistes Joëlle Sevilla, Bruno Boeglin,  Michel Azama et Alexandre Astier, qu’il commence à écrire pour la scène et réalise sa première mise en scène.
A Lyon il crée sa propre Compagnie  Les bandits laitiers  (troupe de création théâtrale et audio-visuelle). Au cours de ses cinq années d’activité il signe plusieurs mises en scène et écrit pour le théâtre, la radio et le cinéma.
Souhaitant se rapprocher encore du public, il considère que la marionnette est un instrument poétique essentiel. Aussi c’est avec Alain Recoing qu’il se forme à Paris à la manipulation, puis, après une tournée internationale de cinq ans avec la cie Les Zanimos,  il s’intéresse plus particulièrement à la marionnette à gaine et joue Guignol chez  Les zonzons , au théâtre de Guignol, à Lyon.
Sa rencontre avec Bernard Colin qui dirige la cie Tuchenn à Rennes va déterminer sa vocation : il vise un théâtre créatif, spontané, vivant, poétique, capable de créer de l’intime dans l’espace public. C’est en tant qu’acteur et auteur qu’il participe régulièrement aux projets de la compagnie.
Il travaille également avec les compagnies Traction avant, U Gomina et Excès Terra, à Lyon ainsi que la cie le  colibri  à Besançon. Il dirige régulièrement des ateliers et des stages de formation d’acteur à Arts en scène.

 

Wendy Martinez

 

Wendy Martinez

 

Wendy Martinez débute le chant et l'écriture de manière autodidacte dès ses seize ans dans des groupes de rock et de trip-hop (dont « Kesh Kemet » - prix du public des Tremplins de la Création, Annecy, 2005), avant d'explorer la chanson, la folk, la world music, mais également le théâtre (compagnie 343, Essentiel Ephémère…) et la danse qu’elle pratique en amateur (contemporaine, butô). Elle co-fonde en 2005 le projet  « Et l'Absurde distille sa Logique », à l'album éponyme, avec lequel elle remportera le Premier Prix des Tremplins de la Création en 2007. Elle suivra avec ce groupe en 2009 l’accompagnement Zics-Zacs au Conservatoire de Lyon, et se forme un an à l’ENM de Villeurbanne, section chanson. Parallèlement, elle découvre le piano grâce aux cours d’un ami et s’initie à la pédale loop. Amoureuse de l'improvisation, elle rejoint de 2010 à 2012 le CNR en chant jazz, tout en composant dans divers projets (ex-« Inlakesh ») tels que « Bye Bye Dubai », projet auquel elle se consacre désormais. Après une formation en MAO en 2012, elle vient d’enregistrer son premier EP en auto-production. Elle se produit actuellement  en duo avec une violoncelliste multi-instrumentiste (pad, objets sonores, voix), elle-même jouant du piano, de la guitare, et chantant sur des chansons basées sur des samples de pédale loop.


Parallèlement, après l’obtention d’un master en Arts du spectacle en 2007, elle a enseigné à Lyon 2, partageant son sujet de recherche consacré au lien entre la danse Butô et le Théâtre de la Cruauté d’Antonin Artaud.  Elle a également été tour à tour chanteuse pour une compagnie de théâtre de rue et pyrotechnie, musicothérapeute pour personnes âgées et depuis 2008 professeur dans divers ateliers. Elle se consacre désormais à la composition, la scène et l’enseignement, pour partager son amour de la musique pratiquée librement.

 

 

Olivier Maurin

 

 

 

Après une formation de comédien il travaille comme metteur en scène avec la Compagnie Lhoré-Dana de 1990 à 2000. La compagnie Lhoré-Dana était un collectif rassemblant un metteur en scène, des acteurs, des techniciens et administrateurs. La compagnie a été en résidence de 1992 à 1999 au théâtre de la Renaissance à Oullins, dirigé alors par Laurent Darcueil.
Avec cette compagnie il a mis en scène des textes de Franz Kafka, Marieluise Fleisser, Daniil Harms, Daniel Danis, Grégory Motton.
Puis il est associé au Centre Dramatique de Poitou-Charentes pendant deux saisons, et participe à la mise en place des deux premières éditions du « Printemps Chapiteau », avec des textes de Grégory Motton, et Carlo Gozzi.
Entre 2000 et 2003, il mène un travail de recherche sur l’écriture d’Edward Bond en réalisant de nombreux chantiers de travail avec des acteurs amateurs et professionnels (à La Rochelle, Rennes, Lyon, San Vito (Italie)).
Il a également mis en scène des textes de Lothar Trolle et Emmanuel Bove, dans le cadre d’une résidence de deux ans au théâtre de Bourg en Bresse entre 2003 et 2005.
Jusqu’en 2010, il a dirigé la Maison du Théâtre à Jasseron, qui propose une présence théâtrale dans les villages du département de l’Ain. Avec la Maison du Théâtre, il réalise plusieurs spectacles, parfois représentés en appartement, dont « Idiot-ci, idiot-là» inspiré par l’oeuvre de Robert Filliou. Présenté au départ dans les villages de l’Ain ce spectacle a aussi été joué dans des théâtres et festivals (notamment au théâtre de l’Aire Libre, dans deux Week-ends des Subsistances et au théâtre du Merlan à Marseille).
Convié par différentes structures il a plus récemment mis en scène des textes de Oriza Hirata (« Nouvelles du Plateau S » à l’ENSATT, et « Tokyo notes » à Arts en scène), David Harrower (« Des couteaux dans les poules » à la Comédie de Valence dans le cadre de la comédie itinérante), Pauline Sales et Daniel Keenes (« Cahier d’histoires », spectacles présentés dans des lycées à l’initiative de la Fédération dirigée par Philippe Delaigue).
Avec sa nouvelle compagnie, la compagnie OSTINATO, il poursuit son travail sur l’écriture de Oriza Hirata, (« En courant dormez ! »), et a débuté un nouveau projet sur « L’amant » de Harold Pinter. La création de ces deux textes est prévue pour la saison 2013-2014.
Il mène également de nombreux travaux de formation avec des élèves, des étudiants (à l’université de Lyon, de Rennes et Valence) ainsi que des stages pour des acteurs professionnels ou en formation (notamment à l’Ecole de la Comédie de St Etienne, au Centre national Chorégraphique de Rillieux la pape…)
Il enseigne actuellement à l’ENSATT.
Parallèlement à son travail théâtral il fait partie du collectif qui impulse l’activité de Ramdam à Ste Foy les lyon, et partage également la réflexion de l’Association Au bout du plongeoir à Rennes.

 

 

 

Alexandre Meynet

 

 

Alexandre Meynet

Alexandre Meynet est comédien depuis 12 ans, il commence comme autodidacte puis fait ces
premières armes avec Marc Dufour et Christelle Tary, de 2001 à 2003 au théâtre de l' Oseraie puis avec Catherine Charrier et Fabienne Chambon de 2003 à 2005.
 En parallèle, il joue dans de nombreuses pièces de différents répertoires ( classique,
contemporain, dramatique, comique ) et écrit même un one man show « ça meynet'rve ! », qu'il joue
durant 7 ans et avec lequel il participe à de nombreux concours et tremplins d' humoristes. Puis il intègre la première promotion du F.R.A.CO ( Formation Réservée à l' Acteur Comique et clOwn) de la Scène sur Saône, école parrainée par Jean Pierre Bacri et Agnès Jaoui de 2005 à 2006. Formation dirigée par Didier Vignali et Karl Heinz Lorenzen et ayant une approche lecoquienne du travail du clown. Il tombe amoureux de cet univers magique qu'est celui du clown de théâtre et ne peut s'empêcher par la suite de saupoudrer d'une dose clownesque chacune de ces nouvelles créations, jeune public ou tout public.
Il enseigne à son tour cet art, depuis maintenant plus de six ans. Il anime aussi des ateliers de théâtre, de théâtre burlesque, et de cirque pour des adultes et des enfants dans tous types de structures ( écoles, mjcs, et autres centres d’ enseignements artistiques ).

 Il fût responsable technique du théâtre de l'Oseraie durant 4 ans, puis de nouveaux 4 ans aux Allumés de la Lanterne.

Il est en parallèle créateur et régisseur lumière depuis une dixaine d' années pour différentes compagnies et théâtres.

 

Alain Mollot

 

 

Alain Mollot

 

Formé à l’Université Internationale du Théâtre, puis à l’École Jacques Lecoq, Alain Mollot fonde le Théâtre de la Jacquerie en 1975 avec un groupe de comédiens rencontrés dans cette école. Le théâtre de la compagnie sera résolument charnel, populaire, comique.

 

Formé à l’Université Internationale du Théâtre, puis à l’École Jacques Lecoq, Alain Mollot fonde le Théâtre de la Jacquerie en 1975 avec un groupe de comédiens rencontrés dans cette école. Le théâtre de la compagnie sera résolument charnel, populaire, comique. Pendant dix ans, la Jacquerie est une troupe
permanente qui sillonne la France sans véritable port d’attache. Les comédiens improvisent et des auteurs mettent cette matière en forme. C'est ainsi que l'écrivain Jean-Pierre Chabrol rencontre et accompagne la compagnie sur plusieurs créations, notamment Tit bonhomme l’est pas très mort en 1978 et Lumpen en 1980 qui auront un grand écho. La compagnie monte, à cette période, une petite forme théâtrale: Histoire du Théâtre Populaire qui tournera de nombreuses années dans toutes sortes de salles. Elle s’attachera toujours à rencontrer le public au plus près, notamment par le moyen de ses « petites formes ».
En 1985, la Jacquerie s’implante dans le Val-de- Marne, à Villejuif. Les comédiens changent, le metteur en scène devient le seul pivot de la compagnie qui aborde le répertoire à travers Molière, L’Ecole des femmes, Goldoni, Le Café, Romain Rolland, Robespierre, Hugo, Un oeil profond dans l’ombre, Brecht , Maître Puntila et son valet Matti. Alain Mollot écrit son premier texte, Sur le sable, qu’il monte en 1993.

En 1992, il travaille avec une nouvelle génération de comédiens dont il a été le professeur à l’École Jacques Lecoq, retrouvant ainsi l’improvisation comme base de création. De ce groupe vont naître les spectacles Croquis Marrants d’une vie redoutée et Cabaret Monstre. Alain Mollot rencontre des metteurs en scène d’Europe de l’Est avec qui il partage de nombreuses expériences.

Après avoir utilisé la dérision pour dénoncer les méfaits de la société, il ressent à partir de ce moment-là, le besoin de s’attaquer aux “grands sentiments”.
Il commence par monter un mélodrame, Liliom de Molnar et, à partir de 1999, avec une fidèle équipe de comédiens, construit le projet de L’Epopée Quotidienne en recueillant la parole des gens sur le thème du lien familial qui aboutira sur le spectacle Roman de familles. Fort de ce succès, il est persuadé que c’est au coeur du plus intime qu’il faut se questionner.
En 2003 il poursuit son exploration du quotidien pour aborder cette fois le thème du travail. Cela débouchera sur La Fourmilière qui intègre des comédiens venant d’autres horizons que l’école Lecoq. Parallèlement , il revient au texte en mettant en scène Le Manteau avec des comédiens rencontrés à Charleville où il a enseigné.
En 2009, il monte La fin d’une liaison de Graham Greene en collaboration avec Jean- Pierre Lescot sur la mise en images.
En 2011, il crée Res Publica, à partir d’entretiens sur le thème de la nation achevant ainsi la trilogie entamée avec la famille et le travail.


Ces dernières années, son travail rend compte d’un va et vient constant entre les spectacles créés à partir de témoignages et la mise en scène de grandes fables modernes. La fiction nourrit le réel et le réel la fiction. Les langages théâtraux s’entremêlent librement : jeux réalistes, masques, marionnettes, chansons.


 

Marie Oury

 

 

  

 Marie Oury

 

Compagnonnage GEIQ Théâtre  avec les compagnies Maccoco-Lardenois, Trois Huit et Françoise Maimone (2001/03), après une licence d’Etudes Théâtrales de l’Université Lyon 2 en 2000. Elle suit des stages avec Laurent Fréchuret, Philippe Minyana, Oleg Koudriachov (Pédagogue au GITIS), Alexandre Del Peruggia, Denis Plassard, Pierre Kuentz, Akhmatova Samuels (Roy Hart)…

Comédienne elle joue sous la direction de Sylvie Mongin Algan (Kermann), Kristian Fredric (Letessier), Guy Naigon (1, 2, 3, Meyerhold), Dominique Lardenois (Lannefranque), Julien Leandri (Hugo Von Hofmansthall), Eric Vautrin (Anne Portugal), Philippe Labaune (FG. Lorca), Carine Pauchon (création d’après Louise Labé)…

Actrice dans des films de Bruno Bontzolakis, Fabrice Cazeneuve, Claude Chabrol…

Elle est la lectrice des Belles Latinas, Festival d'écritures latino-américaines et lit aussi avec la cie Noir Clair sous la direction d'Eric Zobel pour le Printemps des Poêtes, pour la Nuit des Musées, avec la cie In Time sous la direction de Carine Pauchon pour le Festival des dix mots et avec la cie La Parole de sous la direction de Florence Meier au Muséum de Lyon.

Elle crée en 2003 la compagnie La Parole de, avec la metteur en scène Florence Meier et participe comme comédienne aux créations de Enfance (Sarraute), Les Diseuses (témoignages), Histoire de famille (Strabganovic), Bien, Tiens, Viens (Stein), Les Troyennes (Euripide).
Après un stage au CDN d'Angers sur L'art et la manière d'intervenir en milieu scolaire, dirigé par Bernard Grosjean, elle enseigne depuis 2006 à Arts en Scène et monte des spectacles avec ses élèves.

 

 

Yoshi Oida

 Yoshi Oida

  

Yoshi Oida est un acteur et metteur en scène japonais né en 1933 à Kōbe.

Après avoir suivi une formation d’acteur de théâtre traditionnel japonais, il arrive en France en 1968 pour entrer dans la troupe de Peter Brook au Théâtre des Bouffes du Nord.

Il participe aux plus célèbres spectacles de Peter Brook comme La Conférence des oiseaux, Le Mahabharata ou encore La Tempête.

Il joue aussi au cinéma pour Peter Greenaway (The Pillow Book) et écrit deux ouvrages théoriques sur le théâtre : L’Acteur flottant et L’Acteur invisible.

Yoshi Oida est un élève du théâtre traditionnel japonais, le "Nô", théâtre aux antipodes du théâtre que nous connaissons en occident.

Il est le fondateur, avec Peter Brook et d'autres acteurs, du Centre international de recherche théâtrale (CIRT).

Dans L’Acteur invisible, Yoshi Oida raconte l’expérience de cet acteur japonais, qui voulait savoir quel sont les us et coutumes du théâtre occidental. Il parle aussi et surtout de son expérience avec Peter Brook, le metteur en scène "officiel" de Shakespeare.
« Si je montre la lune et que je joue bien, le public ne percevra plus mon existence. »
Yoshi Oïda

 

Zatije Parlaku

 

 

 

Zatije Parlaku

 

Conservatoire Royal de Bruxelles, premier prix d’art dramatique, de déclamation et d’un diplôme de méthodologie et psycho-pédagogie des Arts parlés (1994/97)
Formation continue de trapéziste depuis 2002.

Comédienne et trapéziste, elle a joué sous la direction de Ghislaine Drahy (M. Fermine), Bernard Marbraix (L. Calaferte), Daniela Bisconti (Pier Paolo Pasolini) et  avec les compagnies Voyages en scène ( Filles de mai, La vie de la sorcière), Faux mouvements (Un homme sur deux), L’art et la manière (Princesse Charmante), Absolu théâtre (La Dame à la licorne), A. T. (Récits fantastiques d’après Jean Ray, Patchwork du conte, Poèmes de Sapho, Secrets de fées), Cie du Simorgh (Tita-Lou de C. Anne).

 

Elle a mis en scène La naissance du jongleur de Dario Fo et Ceci n’est pas un jongleur avec l’Absolu Théâtre, Elle et Lui  avec la Cie Faux Mouvement, Brèves et plus si affinités... avec Arc en Cirque, Brundibar de H. Krasa avec Ars Musica.

Metteur en scène et pédagogue elle travaille en lien avec le cirque contemporain (artiste associée au centre régional des Arts du Cirque de Chambéry pendant cinq ans). Actuellement, elle est metteur en scène de la troupe de la Région Rhône-Alpes.
Elle fonde la Compagnie Circonstanciel en 2006. Elle crée SPDA, déambulation musicale et chantée en 2007 et est interprète et coauteur  de Deep Inside, unrécital concert rock, en cours de création.

Thiphaine Rabaud-Fournier

 

 

Tiphaine Rabaud Fournier le Théâtre Exalté

 

Formée en premier lieu au conservatoire régional d’art dramatique de Nantes, dont elle est originaire, elle pratique en parallèle la danse contemporaine et africaine, notamment avec Flora Théfaine. Elle suit ensuite les cours du conservatoire du XIème arrondissement de Paris et joue dans Yeul le jeune, écrit et mis en scène par Joël Jouanneau.

C’est en 2005 qu’elle intègre la promotion U de l’école de La Comédie de Saint Etienne. Elle y rencontre Baptiste Guiton qui l’a met en scène dans Souffles de tolérance d’après des textes d’Abdellatif Lâabi, Le Misanthrope de Molière en 2007 et Le Groenland de Pauline Sales en 2009.

Elle joue Jackie d’Elfriede Jelinek, mis en scène par Ivica Buljan, en juin 2008 au CDN de Montreuil. Elle a par la suite travaillé avec Elise Hénault qui met en symbiose le théâtre contemporain et la pratique du « butô », et Véronique Chattard sur Pacamambo de Wajdi Mouawad. Durant les saisons 2009-2010 et 2010-2011, elle est comédienne associée au Théâtre de l’Aquarium à la Cartoucherie de Vincennes sous la direction de François Rancillac et Antoine Caubet et participe à la création du Bout de la route de Jean Giono.

En parallèle, elle travaille avec la Cie La Quincaillerie Moderne, notamment sur Jeudi Soir écrit par Myriam Boudenia et mis en scène par Charlotte Duran.

 

 

 


 

Régis Rasmus

 

 

Regis Rasmus

 

Danseur, chorégraphe et pédagogue. Titulaire du diplôme d’Etat de professeur de danse contemporaine. Il s’est formé auprès de CescGelabert, Alwin Nikolais et Murray Louis, Odile Duboc, Myriam Berns…
Il danse pour la clôture des Jeux olympiques en 1992. Il crée la compagnie ADAM en 1996 et son premier solo Voilà pourquoi.

En 2002, il crée Trace 421 ou quatre secousses imaginaires, pièce pour deux danseurs, un musicien et un clown. Il est chorégraphe du défilé de la biennale en 1998, 2000, 2002 et 2004. En 2003, il est en "connivence" pour trois ans avec le Musée archéologique de St Romain en Gal. Il propose des projets en relation avec le site et son histoire : Tic-Tac-Tombe en 2003, Effets d'hiver en 2004, Indice, pièce pour six danseurs et un musicien en 2005 et Point-vuesolo sur l’architecture, commande de l’abbaye de Royaumont présenté dans le cadre des grands ateliers et  participe aux journées du patrimoine au Musée archéologique de St Romain en Gal. Piste de danse 3ème prix de chorégraphie au Synodales, présenté au off d’Avignon et dans le cadre des Fêtes Lumières à Lyon. Membre du Groupe de recherche 2004-2006 du CRCC, il participe à la pièce En dessous de Susan Buirge pour l’inauguration de la Bibliothèque de l’Imec à l’abbaye d’Ardenne en janvier 2005. Il rejoint sa compagnie pour la création de A l’abri des vents et At a Cloud Gatheringen 2006, première présentée dans le cadre de Musiques en scènes à Lyon. En 2008, Trace performance dansée au musée gallo-romain de Saint Romain en Gal et à l’hôpital Lucien Hussel à Vienne dans le cadre des projets « culture et hôpital ». En 2009, Divin, dis -mot pièce pour des dégustations d’art et de vin. Il intervient dans le cadre de projet artistique en milieu scolaire (écoles primaires et collèges).

 

 

 

Samuel Sclavis

 

 

Samuel Sclavis

 

Enseignant de la forme traditionnelle du Tai Ji Quan, style Chen, Samuel Sclavis a notamment enseigné le Tai Ji Quan pendant trois ans, aux élèves metteurs en scène promotion Vassiliev de l’ENSATT.

Professeur de Tai Ji Quan, il débute un apprentissage des arts martiaux en 1991 avec le Karaté Wado ruy et travaille assidument pendant une dizaine d'année.

Sa formation de caméraman l'amène à filmer des événements sportifs (comme le Festival des Arts-Martiaux de Villeurbanne) lors desquels  il fait des rencontres qui l'amèneront à réaliser des essais et à chorégraphier des pratiquants de Kung-Fu, de Capoeira, de Boxe Française et des cascadeurs. Il exerce ainsi sa curiosité et son analyse  du mouvement grâce au travail sur l'image.

Il s’initie ensuite au Tai Ji Quan dans lequel il trouve un espace de développement personnel particulier et s'investit alors pleinement dans cette pratique. Il part fréquemment de longues périodes en Chine pour parfaire son apprentissage auprès d'un Maître traditionnel.

 

En parallèle, il enseigne depuis 2004 au sein de l'association « Chuan-Tong » à Lyon, qu'il coordonne depuis 2007. Il y développe une pédagogie propre, forme également des professeurs comme Denis Dourilin, Vincent Meunier, Christian Sardat et est également appelé en France pour animer des stages.

Le Tai Chi étant toujours intimement lié à la médecine et attirant un grand nombre de personnes pour ses bienfaits sur la santé, il adapte également sa pédagogie et développe une conduite adapté à des personnes à forte difficulté motrice. Curieux de découvrir de nouvelles façon d'aborder le corps, il partage sa recherche sur l'énergie depuis 2006 avec Edmond Morsilli (Comédien, metteur en scène et fondateur du T'Chi Clown).

Ses contacts avec de nombreux comédiens et danseurs professionnels l'amène à enseigner pour la promotion de metteurs en scène à l'ENSATT, conduite par Anatoly Vasiliev, de 2004 à 2007 et à chorégraphier des scènes d'arts-martiaux pour le théâtre dans Roméo et Juliette mis en scène par Eric Zobel en 2007.

 

 

Christian Taponard  

 

 

Christian Taponard

 

Comédien professionnel depuis 1975, Christian TAPONARD a travaillé dans une soixantaine de spectacles avec différents metteurs en scène dont Alain PEILLON, Bernard BLOCH, Élisabeth MARIE, François BOURGEAT, Catherine HUBAC, Michèle FOUCHER, Yves CHARRETON, Philippe FAURE, Claude COLOMB, Guy DELAMOTTE, André FORNIER, Anne COUREL, Michel VÉRICEL, Philippe DELAIGUE, Enzo CORMANN, Bruno MEYSSAT, Philippe LABAUNE, Wladislaw ZNORKO, Annie TASSET, Pascale HENRY, Alain SERGENT, Michel PRUNER, Chantal MOREL, Eric MASSÉ, Gilles CHAVASSIEUX, Simon DELÉTANG, Gislaine DRAHY, Petru VUTCARAU.

Dernièrement, il a travaillé de manière régulière avec  Claudia STAVISKY aux Célestins, Théâtre de Lyon, dans Minetti de Thomas BERNHARD avec Michel BOUQUET, Cairn de Enzo CORMANN, La Cuisine d’Arnold WESKER, L’Âge d’Or et Monsieur chasse de Georges FEYDEAU, Lorenzaccio d’Alfred d'Alfred de MUSSET. Au cinéma, il a notamment joué dans Les enfants du marais de Jean BECKER, La petite chartreuse de Jean-Pierre DENIS, Pas douce de Jeanne WALTZ, Le Petit Nicolas de Laurent TIRARD. De 1988 à 1996, il a été compagnon de route, impliqué dans une dynamique de troupe, de la Compagnie Travaux 12, dirigée par Philippe DELAIGUE.

Christian TAPONARD est par ailleurs fortement attaché à une démarche d’enseignement artistique, notamment dans le cadre des options Théâtre Expression dramatique au sein de lycées de la Région Rhône-Alpes, à Chambéry et à Lyon avec le Théâtre des Ateliers et dans des écoles d’art dramatique à Lyon.

Il a été également, pendant deux années consécutives, responsable du Comité de lecture lycéen mis en place par le Théâtre des Célestins dans le cadre de la manifestation Écritures En-jeux, en partenariat avec cinq lycées de l’agglomération lyonnaise.

Il a également réalisé depuis 1992 des travaux d’adaptation et de mise en scène : L’enfant brûlé de Stig DAGERMAN, Don Juan revient de guerre et Jeunesse sans Dieu d’Ödön von HORVÁTH, Grand jeu à bord  de L’Impossible d’après Le Mont Analogue de René DAUMAL, La peur dévore l’âme de Rainer Werner Fassbinder,  Les Irresponsables d’Hermann BROCH, L’Homme de Barcelone (en collaboration avec Alain BERT) d’après l’œuvre de Manuel VÁZQUEZ MONTALBÁN, Caresses de Sergi BELBEL, Le Verfügbar aux Enfers de Germaine TILLION.
Il est depuis 1997 responsable artistique de DÉCEMBRE Groupe de Recherche et de Création Théâtrales, basé à Lyon. Le groupe Décembre est par ailleurs en partenariat avec Le Miroir Ouvert, classes d’enseignement artistique du lycée Vaugelas à Chambéry et est engagé dans une résidence de compagnie auprès de L’Auditorium Scène régionale de Seynod (74), en compagnonnage avec la compagnie Les Yeux grand ouverts dirigée par Grégory BENOÎT...

 

 

 

Pauline Thireau

 


Pauline Thireau

 

Pauline THIREAU est comédienne et clowne. Initiée très tôt à la danse et au théâtre elle poursuit ses études avec un Deug Arts du Spectacle spécialisation Danse à l’Université Lumière Lyon 2. Elle a d'abord forgé son expérience avec le théâtre de rue puis a suivi une formation pluridisciplinaire à TDMI, intégrant théâtre, danse, chant et vidéo, au cours de laquelle elle découvre son clown.

Elle s'est formée entre autre auprès de Sylvie ARTEL, Christian TAPONARD et Alexandre DEL PERUGIA (Jeu dramatique), Marie ZIGHERA, Lila NETT, Frédéric VERSHOORE et Lydie GUELPA (danse contemporaine), Claire MARBOT (chant), Thomas LEABARTH et Corinne SOUM (mime corporel), Shiro DAIMON (Théâtre No et Danse Kabuki), Eric ZOBEL et Jean-Luc BOSC (clown) .

Elle a dirigé des stages et ateliers clown auprès d'enfants pour Forum Réfugiés, à la salle des Rancy, au Centre Social Mermoz et auprès d'adultes pour des associations tels que Les Conteurs de Trévoux et Les Rats Conteurs du Lyonnais. Elle travaille avec la Compagnie de Théâtre Forum TENFOR en tant que comédienne et formatrice depuis 7 ans. Elle joue dans d'autres compagnies de théâtre (Cie Zéotrope, Cie Pebrin-Théâtre des Origines, Cie Le Cheval qui rêve) et en 2012 interprète Ismène dans « Soeur de » de Lot Vekemans, monologue mis en scène par Emilie Joumard, avec la Cie Mangez-moi.

 

En 2010 elle crée la compagnie de théâtre clownesque Zéa et Cie où elle écrit, met en scène et interprète.

 

Claire Truche

 

 

Claire Truche metteur en scène lyonnaise

 

Suite à une formation au Conservatoire de Grenoble, elle devient comédienne en 1985, metteur en scène en 1991, et crée la Nième Compagnie en 1992.
Au sein de la compagnie, elle a développé tout un répertoire de formes théâtrales : les « Spectacles Tout Terrain et Tout Chemin », spectacles volontairement légers techniquement, ce qui permet de les jouer partout en et hors les murs, et de favoriser ainsi la rencontre avec des publics très variés.
Elle revendique une recherche basée sur des études toujours très documentées (scientifiques, sociologiques, ethnographiques ou autres), pour offrir aux spectateurs une parole théâtrale, si possible poétique et avec humour, sur notre condition d’humains toujours ballottés dans ce monde en pleine mutation.

Claire Truche est également comédienne, lectrice, auteur, et elle a élaboré des projets avec des théâtres et/ou festivals (Corbas, Tournon (07), La Grave-Villar d’Arène (05), Seyssinet (38), Saint Antoine l’Abbaye (38) Saint Flour (15)...)  en direction de publics non professionnels.

Son expérience de lectrice l’a amené également à enregistrer des textes (romans, théâtre), que ce soit pour des supports audio ou pour la radio.

Elle apprécie également énormément l’exercice du doublage, après une formation avec Miroslav Pilon et les Escales Buissonnières.

Toujours prête à se lancer dans des aventures atypiques hors des sentiers uniquement théâtraux, elle a collaboré notamment avec Denis Tricot (Duo du froid, visites sculptées).

Depuis 2004, elle travaille sur un projet de coopération entre acteurs français et groenlandais. Elle a ainsi créé en 2007 Les campements, une installation adaptable et réajustable (du très léger au plus important), comprenant spectacles, expositions, performances, lectures, travail avec les habitants, film.
A Vaulx en Velin, lors de la résidence de la compagnie entre 2003 et 2009, Claire Truche a conçu des spectacles ainsi qu’un film avec les habitants, en partant de thèmes variés (le travail, les utopies et les révoltes, un Groenland imaginaire, les oublis - et les oubliés) avec comme but commun la création artistique. Ces aventures partagées sont devenues tout simplement une nécessité pour elle, peut-être pour se sentir agissant - de façon infime mais si précieuse – dans cette société. 

 

Mises en scène  écrites ou adaptées par elle-même (et des fois pas) au sein de  la Nième Compagnie (hors les lectures spectacles et les créations avec les habitants).

2012 – Bulles ou à quoi je pense et dans quel sens de Claire Truche, Rémi Rauzier et Christophe Mirabel
2012 – Lignes d’erre d’après Fernand Deligny
2011 – Musée Beckett, dans le cadre de Veduta – Biennale d’art contemporain
2011 – 147 mondes minimaux d’après Jonas-Orphée de Patrick Dubost
2010 – Un c hacal, des chamots ? Reprise à Avignon et en tournée depuis
2009 - L’arc en ciel sous la pierre, écrit pour l’artiste indonésien Eko Nugroho dans le cadre     de Veduta (Biennale d’Art Contemporain de Lyon)
2009 – Les Vilains petits canards de Rémi Rauzier
2009 – « ... » Didascalies pour Elle et Lui de Rémi Rauzier
2009 – Manifeste pour un théâtre moderne de Patrick Dubost
2007 – Bord d’heure lune de Rémi Rauzier
2005 – Comment je suis devenu stupideadaptation du livre de Martin Page
2003 - Faudra raser la table aussi ?!
2003 – Le Brognetde Rémi de Vos
2003 – Bashir Lazhard’Evelyne de la Chenelière
2002 et recréation en 2004 - Et mon tout est moi
2001 - Un nom d'oiseau
1999 - Un chacal, des chamots ?
1999 – On est tous nésde Patrick Dubost
1997 Le Papalagui ou le transperceur de cieladatation du livre de E. Scheurmann
1995 - Broutilles écrit d’après des improvisations avec les comédiens
1992 - L'Affaire Casérioadaptation d’un dossier d’instruction

Claire Truche a également mis en scène pour d’autres
Du pain plein les poches de Matei Visniec pour la compagnie Pli Urgent (1993)
Prélude pour un après-midi aphone de Claire Truche pour la compagnie Odyssée - cuivres ensemble (2006)
L’école des amants d’après Cosi fan tutte pour l’Atelier des musiciens du Louvre (2008)
7 jours, 7 nuits spectacle musical pour Résonnance contemporaine, (2009)
Fanfare la Tulipe spectacle musical de rue pour la Tribu Hérisson (2010)
Les copains bâbord  spectacle jeune public musical pour Madriam (2010)

 

Eric Zobel

Directeur d'Arts en Scène

 

 

Eric Zobel, Directeur

 

Metteur en scène et acteur de mouvement.  Après des études en Hypokhâgne/Khâgne puis à l’ l’ENSATT dans la section administrateur, il fonde la compagne Noir Clair. Il crée des performances à Lyon, Valence, Berlin, Amsterdam, Aarhus (Danemark) seul ou avec le performer américain David Lakein.

L’enseignement de deux maîtres, le chorégraphe et performer Julyen Hamilton et le professeur Thomas Leabhart, assistant du créateur du mime corporel Etienne Decroux, marqueront profondément son travail artistique autour d’une synthèse entre le mouvement, la voix et le texte.

Sa formation se complète par des expériences en théâtre nô, théâtre kathakali, théâtre kabuki (Shiro Daïmon),  théâtre du mouvement (Claire Heggen, Yves Marc), à la technique Alexander, Feldenkraïs, BMC, à l’Action Theater (Ruth Zaporah) et avec la Compagnie des Lucioles (Pierre Maillet, Mélanie Leray) au  TGP de Saint-Denis.

Il met en scène Phèdre de Racine (théâtre baroque inspiré par Eugène Green), Vous qui habitez le temps de Valère Novarina, Fantaisies – (hommage à Bob Wilson)qui obtient le Prix Défi Jeunes Rhône Alpes, Univers Shakespeare,  En attendant Godot, Acte sans Paroles II,  la Dernière Bande , Oh les Beaux Jours de Samuel Beckett.

Il crée des spectacles et des événements suite à des commandes du Musée Gallo-Romain de Lyon (Journées Européennes du Patrimoine), du Printemps des Poètes (Marathon Poétique, Poésie ininterrompue et Passe le poème à ton voisin), du Musée National de l’Orangerie (Poésies Intérieures pour la  Nuit des Musées),  du Festival Tout l’monde dehors (Roméo et Juliette version de rue, musique électronique et hip hop), du Festival de danse Ponderosa de Berlin (Here & Now and Again), de la Médiathèque des Arts vivants de Lyon (Zellegi), de l’Hôpital Saint Luc Saint Joseph de Lyon (Culture à l’Hôpital), du Musée de l’Abbaye Royale de Brou (Bourg en Bresse).

Sur scène, il est interprète pour Pascal Omhovère (assistant de Valère Novarina), Gabriel de Richaud (auteur associé du TAPS de Strasbourg), Julie Serpinet (Compagnie Songes).

Il a publié des articles sur Novarina, La parole, le théâtre, la vie dans Coulisses (revue théâtrale de l’Université de Besançon, 2000) etsur la performer Lisa Nelson, Réflexions du point de vue d’un metteur en scène et théoricien du théâtre, dans Vu du Corps, Nouvelles de Danse, Bruxelles, 2001.

Il enseigne à l’Université  Lyon 3 et Lyon 1 (STAPS), l’IFSI Rockefeller (étudiants infirmiers), au Conservatoire de la Ville de Paris (formation continue des professeurs de danse, musique et théâtre), à la  RMN (formation continue des guides conférenciers des Musées Nationaux) et obtient le Diplôme d’Etat d’enseignement du théâtre en 2010.

Il fonde Arts en Scène en 2000, et invite à donner des formations professionnelles conventionnés par l’ AFDAS Yoshi Oida, Eugène Green, Claire Heggen, Alexandre Del Perugia.

 

 

Ils ont contribué

 

Ils et elles ont contribué au développement d'Arts en Scène.

Bénévoles, salariés, stagiaires ...

Ils ont passé du temps avec nous, partagé nos joies et nos peines...

Un grand merci !

 

Nicolas Zlatoff, comédien, metteur en scène lyonnais.

Marie Bardet, co-fondatrice
Marion Jacquier, administratrice
Maayan Razon, stagiaire administration
Carole Faisant, animatrice enfants
Marion Piqué, metteur en scène, comédienne, danseuse
Gaëlle Desgranges, photogaphe, comédienne
Claire Le Goff, stagiaire administration et production
Francis Mosettig, ancien élève, bénévole
Marion Piqué, comédienne
Julie Serpinet, danseuse
Sylvain Vincendeau, cinéaste
Linda Phongmany, administratrice
Gabriel Hermand-Priquet, marionnettiste
Fabrizio Chiodetti professeur de tango et de masques
Karine Dufaut, comédienne
Charlène Jannot, stagiaire

Charlotte Glesser, administratrice

Marion Collignon, chargée de mission CUCS et communication

Camille Ballon, stagiaire

Linda Phongmany, administratrice

Pierre Duval, ancien président

Marion Delourmel, ancienne élève, enseignante de théâtre

Xavier Perez-Mas, danseur, chorégraphe

Philippe Saïd, comédien de la ligue d'improvisation lyonnaise

Amélie Pierret, danseuse, chorégraphe
Vincent Rivard, feu notre bien aimé collègue artiste et pédagogue parti trop tôt.

 

et ceux que l'on oublie...

Partager sur Facebook